Théodric Rouge-Ruisseau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Théodric Rouge-Ruisseau

Message par Théodric Rouge-Ruisseau le Mer 21 Oct - 4:59

Théodric Rouge-Ruisseau


L'Humanité court sans cesse à sa perte. La Lumière est notre seule barrière, sans elle j'ose à peine imaginer notre misère. Soyez fier de l'a servir, l'a protéger et mourir pour elle, vous n'êtes rien de toute manière.
- Théodric Rouge-Ruisseau

Certificat de naissance de Théodric Rouge-Ruisseau

Nom : Rouge-Ruisseau
Prénom : Théodric Arthur
Date de naissance : 21ème jour du 12ème mois de l'An -1
Lieu de naissance : Stratholme, Royaume de Lordaeron
État civil : Roturier, sujet de sa Majesté le Roi Menethil II

Père : Bortavius Rouge-Ruisseau
Mère : Fanny Souffle-Vent
Fratrie : Adeline Rouge-Ruisseau

"Que la Sainte Lumière guide cet enfant tout au long de sa vie et même après la mort."



- Extrait des archives de l'hôtel de ville de Stratholme

La famille Rouge-Ruisseau

Autrefois, petite famille de campagne longeant les ruisseaux pour y faire pousser leur cultures de pommes de terres et de courges, nomadisant de ville en ville pour y vendre leur produits ; La famille Rouge-Ruisseau était une famille nombreuse avec peu de moyen, peu de luxe et surtout peu d'avenir pour ses fils et filles de fermiers vagabonds.

Quand le fils aîné de François Rouge-Ruisseau, Bortavius Rouge-Ruisseau parti vers Stratholme pour y vendre ses paniers de provision habituel, il découvrit avec l'aide de ses deux frères cadets une source importante de pétrole non loin du Lac de Darrowmere. La non-activité des lieux leur permirent de se revendiquer propriétaire de cette terre pour quelques pièces. Après quelques semaines de travail acharné avec tout les membres dans les alentours de la famille Rouge-Ruisseau, ils réussirent à extraire le carburant brut en grande quantité.

Cela fît beaucoup de bruit dans les quartiers ouvriers de Stratholme, plusieurs travailleurs de cette ville portuaire décidèrent de porter leur aide aux miraculeux propriétaires de ce gisement de pétrole. Tous étaient payer à maigre salaire, mais les familles de Lordaeron avaient extrêmement besoin de pain sur la table après la terrifiante Première Guerre. C'est ainsi que la simple et pauvre famille de fermier nomade qu'était les Rouge-Ruisseau se transforma en une famille à la fortune certaine et à la gloire déjà chanter dans les basses rues des villes et villages avoisinants.

L'or ne cessait jamais de venir noyer les membres de la famille qui...

*Le passage est souillé par le temps et l'eau.*

... Pendant la Deuxième Guerre, leur renommé était faite, ils étaient parmi les principaux exportateurs de pétroles qui...

*Le bas de la page est légèrement cramée, la lecture est impossible sauf ces quelques mots.*

... vers les Royaumes de l'Ouest de Lordaeron.

- Extrait du livre familial de la famille Rouge-Ruisseau


Voyez ces pierres noircies par le feu, voyez ce chemin entravé par le temps, voyez ces cadavres qui rongent le sol et voyez les horreurs qui se terrent derrière ce qui étaient nos murs ! Voici votre justice ? Je ne vois que la mort et la folie d'un homme !
- Bortavius Rouge-Ruisseau

Journal de bord de Frère Seuil-Vaillant

10ème jour du 5ème mois de l'An 20, Cathrédrale de Stratholme, Royaume de Lordaeron

*Les premières pages sont fortement tachées d'encre noir et cicatrisées de filet de sang séchés.*

... Nous ne savions pas. Comment aurions-nous pu savoir ce qui nous attendait. Je me souviens encore des bruits des cors de guerre qui résonnaient aux portes de notre ville. Nous attendions tous notre sauveur. Pendant des semaines nous avions préparés banquets, kiosques, festivités, discours et prières envers notre Prince. Mais, aujourd'hui est-ce vraiment ce que nous devions lui préparer pour son arrivé ? Je ne serais dire, même maintenant. J'avais tant d'espoir en ce jeune monarque. Ce n'est plus le boucan des chants des citoyens heureux et fêtards que j'entend, mais le son de leur gorge de trancher et...

*Le bas de la page est vulgairement arrachée comme si on ne voulait pas que des yeux curieux viennent lire les mots du vieux prêtre.*

Je crois que j'ai compris notre destiné. La Lumière ne sauvera pas cette fois, elle nous a abandonnée, oubliée et quittée. Moi qui pendant toute ces années je lui est dévoué ma vie, voilà comment elle me remercie ? Je me demande maintenant si cette "Sainte Lumière" existe... Je commence à croire que cette énergie sacrée n'est que le fruit de notre imagination que nos haut-commandants militaires utilisent pour résoudre plus facilement la population à se sacrifier pour une cause... "juste" ? Pour la gloire de la Lumière ? Foutaise.

*La fin du paragraphe est barbouillé d'un dessin approximatif représentant le symbole de Lordaeron. Celui-ci étant marqué d'un gros et insultant "X".*

J'ai honte de mon Royaume, j'ai honte de ma cité, j'ai honte des gens qui y vivent, j'ai honte... de moi. En ce moment je devrais tenter de fuir, j'entend bien les civils qui tombent sous les coups de nos "héros". Mais, je n'ai plus la force de survivre, je laisse ces derniers mots aux imbéciles qui fouilleront par-ici, bandits de ruine ou non, en espérant que ayez honte de vous en découvrant mon journal. Allez tous dans les flammes.

Signé votre dévoué et humble serviteur du "Clergé", Frère Seuil-Vaillant.

*Le reste des pages sont blanches, légèrement grisâtres par de la cendre.*

- Extrait du journal de bord d'un prêtre de la cité de Stratholme


Je rêve d'un monde en paix où les guerres ne sont pas. Je crois que je ferais mieux de revenir à la réalité, un tel monde n'existe pas. Il n'y que la Lumière qui peut nous sauver de tout ces déments qui prétendent agir pour Lordaeron. Il a que la Croisade Écarlate qui sache accomplir ce que les autres n'ont pas le courage.

- Adeline Rouge-Ruisseau

Journal de bord de Théodric Rouge-Ruisseau

20ème jour du 5ème mois de l'An 20, Près de Valnord, Royaume de Lordaeron

Cela fait maintenant dix jours que nous avons quitté la cité de Stratholme. Je n'ai plus de chez-moi. Tout ce que je connais n'est plus à présent. J'ai réussis à fuir avec ma famille, mais mère ne répond toujours pas à l'appel. Je ne sais pas quand nous avons perdu sa trace. La dernière fois que j'ai vu mère c'était près de la porte du mur Est, notre seule échappatoire à la fureur sanguinaire de... J'ai peine à le dire ici... Dans ce journal. Je ne sais même pas si c'était vraiment celui que je crois, Arthas n'aurait jamais pu faire cela à son Peuple, enfin... Je crois.

Père dit que mère va bien et qu'elle est une débrouillarde. Il dit qu'elle s'en sortira et qu'elle sait où est notre dernier abri. Je ne sais même plus si je dois faire confiance à père. J'ai vu des citoyens, des voisins, mes amis et même... ma tendre Évangéline devenir des bêtes... Non, les bêtes sont des créatures sauvages... C'est "choses" étaient... étaient... inhumains. Je sais que père porte une légère blessure au bras droit, j'ai vu l'effet que ces... morts ont sur les vivants. Père va t-il devenir l'un d'entre-eux ? Qui va venir nous sauver ?

Demain, nous arriverons à notre refuge. Selon Adeline, il s'agit d'une ancienne caserne de la ville de Valnord. Plusieurs souterrains auraient été creusés pendant la Première Guerre pour échapper à la Horde et cacher les biens les plus précieux des habitants. Elle fait confiance à père, je dois faire confiance à ma soeur aînée, je dois faire en sorte que ma soeur cadette soit en mesure d'avoir confiance en moi, elle a peur tout comme moi. J'espère que toute cette tragédie ne sera qu'un bref passage de malheur et qu'il s'arrêtera dans un mois.

- Extrait du journal de bord de Théodric Rouge-Ruisseau

Certificat de décès de Fanny Souffle-Vent

Nom : Souffle-Vent
Prénom : Fanny Cassandra
Date de naissance : 5ème jour du 3ème mois de l'An -29
Lieu de naissance : Comté-de-Darrow, Royaume de Lordaeron
État civil : Mariée, roturière, sujet de sa Majesté le Roi Menethil II

Père : Harald Souffle-Vent
Mère : Sophie Fort-Chemin
Fratrie : Karl Souffle-Vent, Ronald Souffle-Vent, Caroline Souffle-Vent
Mari : Bortavius Rouge-Ruisseau
Enfant(s) : Adeline Rouge-Ruisseau, Théodric Rouge-Ruisseau, Maria Rouge-Ruisseau

Jour du décès : 24ème jour du 5ème mois de l'An 20
Lieu de sépulture : Incinérée dans une fosse à cadavre à Valnord

"Que la Sainte Lumière guide cet enfant là où les âmes sont en paix."



- Extrait des archives de l'hôtel de ville de Valnord


Il est dit que lorsqu'un héros meurt, dix autres naissent pour prendre sa place. Pourquoi est-ce que je ne vois aucun de ses héros aujourd'hui ?
- Théodric Rouge-Ruisseau

Journal de bord de Théodric Rouge-Ruisseau

25ème jour du 5ème mois de l'An 20, Caserne de Pierre-Grise, Royaume de Lordaeron

Aujourd'hui je suis aller voir mère. J'ai tenu tout mes serments et mes prières envers la Sainte Lumière pour lui permettre de passer de l'autre côté sans encombre. Seul père et Maria m'ont accompagné jusqu'à la fosse d’incinération à l'Est de Valnord. Je n'arrive pas à croire que ce jour est arrivé. Le jour où ma mère a été incinérée pour ne pas infecter les autres survivants de Stratholme.

Deux jours après notre arrivé à la caserne de Pierre-Grise, le guet qui s'occupait de garder l'horizon ouvert a informé le chef de la milice locale, le Capitaine Hugo Clair-Bois, qu'un groupe de cinq étrangers étaient en approchent du refuge. Je me souviens de la joie que j'ai eu à ce moment précis où j'ai été informé de cela. J'étais à deux doigts de retrouver mère saine et sauve, que notre famille soit réunie. Cependant, j'aurais dû remarquer plus attentivement la réaction de père, il avait sourit tout comme moi, mais la main droite sur le pommeau de sa lame.

Lorsque le groupe de rescapés est arrivé aux portes de la caserne, un jeune prêtre et deux gardes sont aller inspecter les arrivants. Au retour des trois hommes, le prêtre partit chuchoter vers le capitaine de la milice, sans doute pour ne pas divulguer certaines informations secrètes pour ne pas affoler les rumeurs au sein du fort de fortune. L'éclat brillant dans mes yeux s'est très vite éteint pour laisser place à une grimace noire. Hugo s'est retourné vers deux de ses meilleurs arbalétriers. Les tireurs sont montés au plus haut palier du refuge, sans qu'aucun ordre ne soit donné, comme si ils savaient déjà de quoi il était question...

Nous n'entendîmes que deux ou trois gémissements, puis plus rien. Après environ cinq minutes de stress intense, le prêtre et les deux gardes ont ouvert les grandes portes de la caserne tout en nous éloignant le plus possible de l'entrée. Je n'ai vu que d'un simple coup d’œil rapide, mais je ne peux pas décrire l'horreur que de voir sa mère empalée par deux carreaux d’arbalètes dans le crâne, morte et inerte. Le Capitaine nous avait dit que le risque de contamination de cette nouvelle menace était trop grande pour les laisser entrer dans l'état que les retardataires étaient.

J'ai pleuré ce jour là. Père a pleuré et ma sœur cadette a pleurée ; La seule qui resta de glace en ce jour morbide était Adeline qui ne cessait pas de regarder la fosse embrasé de part une meurtrière du fort.

- Extrait du journal de bord de Théodric Rouge-Ruisseau


À la poussière tu retourneras. Jamais nous perdons espoir, jamais nous plions à ta dévastation, jamais nous abandonnerons notre courage.

[center]- Alexandros Mograine

(En cours...)
avatar
Théodric Rouge-Ruisseau

Messages : 6
Date d'inscription : 18/10/2015
Localisation : Quelques parts dans la Lumière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théodric Rouge-Ruisseau

Message par Gavius Poing d'acier le Mar 31 Mai - 4:11

Une plaque a été posée en mémoire du Seigneur Croisé Rouge-Ruisseau dans le Hall des champions. Porte la mention "assassiné par le Seigneur de l'Effroi Detheroc"
avatar
Gavius Poing d'acier
Grand croisé

Messages : 95
Date d'inscription : 14/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://ecarlate.wowjdr.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum