[Event du 26/02/17] Le messager

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Event du 26/02/17] Le messager

Message par Aleonore le Mar 28 Fév - 6:15



"Une longue route nous attends"



La pluie tombait à fines gouttes depuis un moment, et le jour venait à peine de poindre lorsqu'une agitation inhabituelle s'empara de la main de Tyr.
Les lourdes portes barrant l'accès de la forteresse furent entrouvertes brièvement, et il en surgît un groupe de Croisés et de Clercs, entourant un homme à cheval, Siegfried Bracke, un messager de l'ordre. Il comprenait également le mage Ménelas, dont les pouvoirs furent jugés utiles à l'escorte.



L'escorte s'enfonce à travers les maleterres




Après une heure de marche dans les terres maudites, ils arrivèrent dans les faubourgs de la Croisée de Corin, et l'ordre fût donné de former le cercle autour du messager, alors que celui-ci vérifiait le chemin sur sa carte, d'un air distrait.
La précaution fut hautement salutaire, car, alors que le groupe s'était immobilisé, plusieurs goules répugnantes, accompagnées de mages squelettes, jaillirent des bâtiments en ruine, et encerclèrent les écarlates.



"Pour la Croisade, pour la Sainte!"




Déterminés à défendre chaque pouce de terrain, les Croisés se préparèrent à recevoir l'assaut en un mur compact de lames et de boucliers, harangués par le Père Théobald et ses sermons à la gloire de la lumière.

En un instant les non morts furent sur eux, chargeant toutes griffes dehors, tandis que les Mages squelettes, restés à distance, incantaient de sombres sortilège dans leur langage corrompu.
Mais malgré le sous nombre des défenseurs, la furie écarlate semblait s'être emparée d'eux. Les Croisés Okarsh, Theron, Cahir et Aleonore mirent tous hors de combat plusieurs de ces monstres, combattant avec rage et répandant sur ces abominations le châtiment de la Sainte.



Les Croisés, portés par la grâce, déciment les monstres du fléau




Les Clercs eux, menés par leur juste furie combattirent avec tout autant d'ardeur, leurs sorts de lumière renvoyant les non-morts à l'état de poussière, la prêtresse Essenwald et le Père Théobald couvrant chacun un des flanc de la défense.
Ménelas quand à lui se lança dans un périlleux combat de mage face au deux squelettes, et les sorts qu'ils s'échangèrent firent trembler le sol alentour couvrant par instants la clameur de la bataille.
Rapidement, la masse de serviteurs du fléau fut décimée, et seul un des mages squelettes réussit à s'enfuir, les écarlates ayant renoncés à le poursuivre.

Ils avaient été victorieux mais aux prix de plusieurs blessures, tant le corps à corps avait été intense, et c'est maintenant d'un pas moins preste, et encore plus méfiants, que la colonne reprit sa progression.

Le paysage monotone défilait lentement, fait de ruines, de zones ou la pourriture avait dévorée toutes vies, suivie de forêts d'arbres morts et roussis, ou rodaient des créatures pestiférées. Ils passèrent notamment devant un avant poste d'argentés, qui fut l'occasion d'échanger des regards mauvais, et quelques insultes sous cape, chaque groupe prenant bien soin de feindre d'ignorer l'autre.

Ce calme apparent fut cependant rompu, lorsque, gravissant une colline, plusieurs croisés aperçurent des formes mouvantes sur la ligne de crête, qui semblaient les épier, avant de disparaitre. Ménelas, arguant de ses pouvoirs de magus, partît en reconnaissance, masqué par un sort d'invisibilité.
Une fois de l'autre coté de la crête, il aperçut tout d'abord une charrette, qui barrait le passage, un corps gisant non loin, tandis que dans un buisson en retrait de quelques mètres par rapport à la route, quatre squelettes réanimés semblaient préparer une embuscade.



Le groupe repère des mouvements sur la ligne de crête




Le reste des écarlates, ne voyant pas le mage revenir, arrivèrent quelques instants après, et aussitôt informés de la présence d'ennemis, les Croisés engagèrent le combat, tentant de saisir l'initiative de l'attaque.
Les squelettes, qui visiblement attendaient une occasion pareille depuis un moment, chargèrent à leur tour, les deux lignes se rencontrant dans un choc d'acier, de boucliers, et de chair putréfiée.



Les squelettes face aux guerriers de la lumière




Le corps inanimé qui gisait près de la charrette se releva à son tour, et s'avéra être un autre squelette, qui jouait le rôle d’appât, simplement couvert de quelques nippes.
Malgré le sol boueux qui entraina de belles glissades et échecs dans le rang des croisés, ces tas d'os maudits furent promptement renvoyés à leur trépas, et sans perdre de temps pour souffler, ils forcèrent le pas, atteignant le pont sur la Thondoril juste avant la tombée de la nuit.

Rendus las par cette éprouvante journée, ils dressèrent un camp sommaire non loin de la, et seul le repas de haute qualité invoqué par le mage remit un peu de vigueur dans le cœur des Écarlates avant que le sommeil ne vienne les saisir.



Le campement est l'occasion pour chacun de profiter de quelques instants de calme



Le lendemain, l'escorte repartît à nouveau aux aurores, alors que les prières matinales des Clercs réveillèrent leur ardeur de combattants sacrés et semblait repousser un instant l'aura maléfique qui baignait ces terres.
La marche reprit, sans incidents notables, jusqu'à l'arrivée du groupe à proximité des Ruines d'Andorhal.

Si ils avaient pour consigne de ne pas chercher à provoquer le combat, ils eurent bien du mal à se forcer à appliquer cette directive quand ils aperçurent, à quelques dizaines de mètres sur la vieille route menant à la cité, une patrouille de nécrotraqueurs réprouvés.
Sortant leurs armes, et formant une défense massée autour du messager, les Croisés passèrent cependant leur chemin, ce qui donna au non morts l'occasion de profiter de cette situation pour leur décocher quelques flèches, l'une d'entre elle atteignant le mage à l'épaule, qui fût ensuite soigné par le père Théobald, une fois ceux-ci à bonne distance.

Malgré cet événement, que tous vécurent comme un affront, ils durent réfréner leur furie, et se préparer à passer en Tirisfal, à travers la barricade, quel qu'en soit le prix.
Et c'est dans un assaut furieux et désespéré, que les soldats de la lumière chargèrent les lignes réprouvés, et s’engouffrèrent à travers la brèche, couverts dans leur approche par un sort de dissimulation lancé par le mage au prix de ses dernières forces, et qui fut chargé en croupe derrière le messager.



L'escorte s'apprêtant à forcer la barricade




Aidés par l'effet de surprise, ils purent franchir les hautes murailles, et, prenant de court un Lieutenant réprouvé qui montait la garde, ils se replièrent rapidement sous le couvert des bois, leur course effrénée les menant rapidement sur les terres contrôlées par la Croisade.

Et ce fut donc des escorteurs exténués, mais tous bien vivants, qui arrivèrent aux avant postes écarlates, d’où ils furent pris en charge jusqu'au monastère.
La mission, pourtant jugée des plus périlleuses, avait été accomplie avec succès, et le message remis.
Il se chuchote que le haut commandement réserve un honneur digne de l'effort consenti par les croisés, et que la récompense pourrait prendre la forme d'une citation pour actes de bravoure, accompagnée de la médaille de l'ordre cramoisi...
avatar
Aleonore

Messages : 15
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum